Skip to main content

Catalyst 6500 Cisco vs Nexus 7000 : Avez-vous vraiment besoin d'effectuer une mise à niveau ?

Cisco 6500Depuis que Cisco a présenté la gamme de pointe Nexus 7000 en 2008, les ingénieurs réseau ne cessent de débattre sur les avantages du Nexus et du Catalyst. Les opérateurs qui contrôlent des réseaux qui fonctionnent avec le Catalyst 6500 sont satisfaits des (et habitués aux) switches Catalyst peu coûteux et largement utilisés. Nexus recommande les dernières fonctionnalités de vitesse et de virtualisation de la toute nouvelle gamme.

Bien que chacun ait de bonnes raisons de défendre sa gamme préférée, une question demeure : vaut-il mieux utiliser le Nexus ou le Catalyst ?

La réponse est simple, mais vague : cela dépend. Les gammes Nexus et Catalyst fournissent une palette complète de fonctionnalités. Il s'agit donc de choisir les interfaces et fonctionnalités dont votre entreprise a besoin. Cisco peut tenter de pousser le marché vers la série Nexus 7000 plus coûteuse, mais votre décision doit être basée sur ce dont votre réseau a besoin, et non Cisco.

Construction de systèmes

Le Nexus 7000 et le Catalyst 6500, quoique tous deux des plates-formes de commutation de base hautement fiables, ont un grand nombre de différences en terme de construction physique.

Architecture de transmission
Le plus important est l'architecture de transmission. Le Catalyst 6500 peut prendre en charge la transmission centralisée (pour lequel le moteur de supervision prend les décisions de transmission) ou la transmission distribuée (pour lequel les cartes de lignes prennent la décision de transmission). D'autre part, le Nexus 7000 n'utilise que la transmission distribuée. 

Structure de commutation
Le Catalyst 6500 intègre sa structure de commutation sur le moteur de supervision, alors que celle du Nexus 7000 se situe dans une partie séparée du châssis, indépendante des autres cartes. Ceci a pour effet de faire du moteur de supervision du Nexus 7000 un module pur de plan de commande (c'est-à-dire qu'il exécute le système d'exploitation et gère le système), mais il n'a aucune fonctionnalité de transmission. D'autre part, le moteur de supervision du Catalyst 6500 agit à la manière d'une carte de lignes, de même que le moteur de supervision.

 

Interfaces

Lorsque l'on compare les deux plates-formes, la différence la plus frappante se situe dans les interfaces disponibles pour les plates-formes.

100 GbE
Alors que le Nexus 7000 et le Catalyst 6500 disposent d'interfaces 40 GbE, actuellement, seul le Nexus possède une carte de lignes 100 GbE.

10 GbE
La plupart des déploiements se concentrent encore sur le gigabit et sur le 10 GbE. Les deux plates-formes ont les mêmes capacités gigabit, avec 48 ports 10/100/1000 et diverses cartes SFP disponibles. Mais en ce qui concerne le 10 GbE, le Nexus 7000 possède plusieurs options 10 GbE de haute densité dont le Catalyst 6500 n'est pas doté, tels que des ports 24/32/48 SFP+, de même que des cartes de lignes 48 ports 10 G de base T. Les Catalyst 6500 ne possèdent que des cartes de lignes 10 GbE 4/8/16 ports.

Cartes de lignes
Comparé au Catalyst 6500, le Nexus 7000 rencontre un grand nombre de problèmes de compatibilité avec les cartes de lignes. Les différentes familles de cartes de lignes du Nexus 7000 présentent un ensemble de fonctionnalités différentes, ce qui implique que celui-ci doit en intégrer plusieurs afin d'éviter la présence de cartes incompatibles dans le même système. L'incompatibilité des cartes de lignes peut causer une réduction des capacités, ou même le fait que le système les arrête.

 

Fonctionnalités

Le Nexus 7000 et Catalyst 6500 partagent un ensemble de fonctionnalités de commutation L3 haut de gamme, telles que la prise en charge du protocole de routage complet et des fonctionnalités MPLS/VRF et QoS. Cependant, chacune des plates-formes est dotée de fonctionnalités uniques qui influencent souvent le choix de la plate-forme à utiliser. Voici plusieurs fonctionnalités communes spécifiques aux deux plates-formes :

Système de commutation virtuelle (VSS)
Le mode VSS, une fonctionnalité du Catalyst 6500, permet à deux switches d'être associés en un seul et unique commutateur logique doté d'un plan de commande unifié. Ceci permet l'agrégation de liens multichâssis, et par la suite une haute disponibilité, sans poser de problème avec le protocole Spanning Tree. Si l'on compare la fonctionnalité de vPC du Nexus, l'aspect du plan de commande unifié du mode VSS permet d'utiliser les fonctionnalités de l'ensemble du système sur un EtherChannel multichâssis afin que les EtherChannels L3, la reconnaissance MPLS, des fonctionnalités intégrales QoS et d'autres fonctionnalités puissent être utilisées sur les deux systèmes.

Canaux Port Channel virtuels (vPC)
Le vPC est l'une des fonctionnalités les plus utilisées sur le Nexus, et comme le mode VSS, il permet l'agrégation de liens multichâssis. Cependant, le mode vPC fonctionne différemment, et en tant que tel, est doté de différentes possibilités d'utilisation. La différence fondamentale réside dans le fait que le vPC ne dépend pas d'un plan de commande unifié, ce qui permet aux deux switches de continuer de fonctionner indépendamment. De ce fait, les Etherchannels multichâssis de couche 3 (L3) ne sont pas pris en charge et, en ce qui concerne la haute disponibilité L3, le protocole HSRP, ou un autre protocole de redondance doivent toujours être utilisés.

Modules de service
Le Catalyst 6500 a la capacité d'accepter un grand nombre de cartes de lignes de modules de service, ce qui permet d'étendre les fonctionnalités du système de manière significative. Parmi les exemples de modules de service, la carte ASA-SM fournit des fonctionnalités de haut débit, et les cartes NAM fournissent une vue directe du trafic qui fluctue dans le commutateur à des fins de création de rapport et d'analyse.

Contextes d'appareil virtuel (VDC)
Cette fonctionnalité du Nexus 7000 permet aux utilisateurs de partitionner le commutateur en appareils logiques indépendants (jusqu'à quatre dans un système basé sur les modules SUP1 ou SUP2, et jusqu'à huit dans un système basé sur le module SUP2E). La fonctionnalité VDC implémente un plan de commande séparé pour chacun des contextes, s'assurant que chacun d'entre eux reste indépendant à un niveau très bas. Ceci permet non seulement de regrouper les plages d’adresses IP, mais également de regrouper les plages de VLAN. D'autres organisations utilisent le VDC pour la consolidation d'appareils tout en maintenant une séparation départementale. Par exemple, l'équipe de stockage accède aux VDC de stockage et l'équipe de sécurité n'accède qu'aux VDC de la zone DMZ, ainsi de suite. C'est pour cette raison qu'il est impossible que les VDC communiquent entre elles, à moins de connecter physiquement le port d'une VDC à un celui d'un autre.

WAN et interfaces de service
Grâce aux processeurs 7600-SIP-200 ou 7600-SIP-400, le Catalyst 6500 peut prendre en charge un grand nombre d'interfaces WAN, du niveau T1 au niveau OC48, ce qui permet une plus grande souplesse dans la manière d'utiliser le commutateur. En ce qui concerne les applications qui nécessitent des services QoS ou Ethernet supplémentaires extrêmement précis, certaines des cartes de services Ethernet 7600 peuvent également être prises en charge.

Extension de switches
Le Nexus 7000 prend en charge l'utilisation d'extension de switches (technologie FEX) de la série Nexus 2200 pour étendre le système et fournir un châssis virtuel de grande échelle dans le datacenter. Le Nexus peut prendre en charge jusqu'à 32 FEX, ce qui permet de simplifier la gestion du réseau du datacenter.

Logiciel et gestion des licences
Le Catalyst 6500 est une plate-forme IOS qui fournit le même ensemble de commandes et d'interface utilisateur que les autres switches de la série Catalyst. Le commutateur 6500 étant utilisé depuis plus de dix ans, le logiciel de la plate-forme a fait toutes ses preuves. Tous les switches Catalyst 6500 dépendent de la méthodologie de gestion de licence traditionnelle qui repose sur les droits d'utilisation.

Cependant, le Nexus 7000 fonctionne sur un OS NX, système d'exploitation hybride assez récent dérivé des switches MDS 9000 à fibre optique/SAN. Celui-ci n'est utilisé que depuis récemment dans des environnements Ethernet et peut être sujet à des bogues logiciels. La fonctionnalité de gestion des licences du système d'exploitation NX repose sur une base à la carte, chacune des licences étant activée via une clé de licence spécifique au châssis et aux fonctionnalités. Ce modèle de clé de licence, comme avec toute autre forme de DRM (Gestion des droits numériques) est un point de défaillance potentiel qui peut entraîner l'arrêt du commutateur.