Skip to main content
Global Product Manager for Servers & Storage

10 choses à savoir au moment de choisir un serveur

Juillet 1, 2015
 

Lorsque je reçois des appels à propos de serveurs, je commence par essayer de comprendre l'infrastructure du client et de savoir quel OEM il utilise en standard. Nous souhaitons obtenir autant d'informations que possible afin de pouvoir à coup sûr fournir au client la solution la plus économique qui soit.

  1. Votre société utilise-t-elle un OEM en standard ?
  2. Quel type et quel nombre d'applications comptez-vous exécuter ?
  3. De quel type et nombre de processeurs avez-vous besoin ?
  4. Ce serveur va-t-il être utilisé pour la virtualisation ?
  5. Quel type et quel nombre de ports de commutateur vous faut-il pour la prise en charge du serveur ?
  6. Attachez-vous plus d'importance à la vitesse de votre unité centrale de traitement ou au nombre de cœurs ? Ou les deux ?
  7. En matière de gestion, avez-vous besoin d'un accès à distance ?
  8. De quel type de connectivité avez-vous besoin : 1GbE, 10GbE, 10Gb SFP+ ou FC ?
  9. De quelle capacité avez-vous besoin en termes de mémoire ?
  10. De quelle puissance avez-vous réellement besoin ?


Le serveur que vous sélectionnez dépend entièrement des applications que vous êtes amené à exécuter et ces applications ont tendance à être très puissantes. Si vous ne possédez pas le matériel adapté pour prendre en charge l'application, vous risquez de subir des délais de latence, des erreurs, voire même pire : des temps d'arrêt.

Pour chacune de vos applications, reportez-vous systématiquement aux recommandations du fabricant d'origine en matière de configuration matérielle. Pour les sociétés disposant de nombreuses applications (c.-à-d. fichiers, e-mail, GRC et base de données), vous devrez vous doter d'un serveur tour, en rack, ou d'un serveur en lames plus puissant.

En matière de processeurs, prenez en compte l'application que vous utilisez. Dans la plupart des cas, l'application requiert un certain type, cœur et vitesse de processeur. Inutile d'acheter un processeur trop puissant - quel serait l'intérêt de dépenser de l'argent pour quelque chose dont vous n'avez pas besoin ? Le pire serait de vous procurer un processeur incapable d'assurer l'équilibre du serveur en termes de charge, ce qui au lieu de cela conduirait à un phénomène d'engorgement.

De plus, les clients commandent parfois trop de serveurs, pour s'apercevoir ensuite qu'ils ne disposent pas d'un nombre suffisant de ports sur leur commutateur pour les brancher. Pensez à compter le nombre de ports vides dans votre réseau existant pour déterminer si vous avez besoin d'acquérir un nouveau commutateur pour prendre en charge votre nouveau déploiement de serveurs.

En matière de mémoire, plus votre système en possède, plus il est performant. Cela représente un certain coût initial, mais mieux vaut cela que démanteler son réseau en place pour maximiser les capacités de la mémoire, alors que cela aurait pu être fait dès le départ ! Il est plus judicieux de maximiser les capacités de votre serveur en termes de mémoire, pour éviter les tracas liés au démantèlement de votre réseau après-coup.

Enfin, il convient de calculer la puissance nécessaire au serveur, afin d'obtenir l'alimentation adéquate. La consommation - ou plutôt les économies - d'énergie est un sujet sensible dans n'importe quel environnement. Sachez que certains composants peuvent rendre votre serveur plus gourmand en électricité que d'autres. Examinez la puissance absorbée par chacun des composants, et faites votre choix en fonction des besoins de votre environnement.

Share this article