Curvature utilise les cookies pour améliorer votre expérience d’utilisateur. En continuant d’utiliser notre site vous nous donnez la permission d’utiliser des cookies.

Chatter en direct

Email

Appeler

Demander un devis

2019 est votre année : deux stratégies à toute épreuve pour étirer davantage votre budget informatique

Le début d’une nouvelle année est une période propice aux effacements d’ardoises, aux nouveaux départs et aux réinitialisations budgétaires. Bien que cette perspective puisse être considérée comme une opportunité pour de nombreux décideurs dans la plupart des domaines d’activité, elle rappelle à de nombreux responsables informatiques les décisions difficiles qui découlent du processus de planification budgétaire. La planification budgétaire informatique est un exercice d’équilibre délicat. Afin de suivre la croissance et les besoins changeants de l’entreprise, les responsables informatiques doivent peser avec soin les priorités en concurrence. En évaluant les coupes à réaliser, ils sont amenés à se poser des questions comme : « Est-il plus essentiel de remplacer du matériel réseau obsolète ou de mettre à niveau le stockage ? Devrions-nous renforcer la sécurité ou mettre à jour notre infrastructure ? Devrions-nous migrer vers le cloud ? Qu’en est-il des besoins en logiciels ? »

La bonne nouvelle est que, selon le rapport 2019 sur l’état des technologies de l’information de Spiceworks, 89% des entreprises s’attendent à ce que leurs budgets informatiques augmentent ou restent stables cette année. Toutefois, les entreprises européennes sont plus susceptibles de déclarer que l’augmentation de leur budget informatique est due à des facteurs externes, comme des modifications de la réglementation (par exemple, le GDPR) ou des fluctuations de change (merci, le Brexit !). Au cours d’une année qui risque de créer une incertitude financière, les décideurs informatiques peuvent constater que, même si leurs budgets ont augmenté sur papier, ils doivent toujours faire plus avec moins.

Le rapport Spiceworks a révélé que le matériel, qui représente en moyenne 36% du budget informatique total en Europe, est le poste le plus important. Et pour les petites entreprises, près de la moitié (jusqu’à 42%) du budget informatique a été allouée au matériel cette année. Ces mêmes entreprises sont moins susceptibles de s’attendre à des augmentations budgétaires cette année, ce qui signifie qu’elles n’auront que très peu de marge de manœuvre pour répondre à d’autres problèmes technologiques comme la sécurité, les logiciels ou le stockage.

Mais il s’avère qu’en matière de matériel, le potentiel d’économies est considérable, ce qui peut libérer de l’espace dans des budgets restreints pour d’autres besoins de l’entreprise. Un moyen facile de commencer à réduire les coûts consiste à acheter du matériel d’occasion. Selon Gartner, « The secondary market, also called the ‘used-hardware market’, can offer significant savings on server hardware. Secondary market resellers offer both refurbished and ‘new in box’ products. Such hardware is best for use with noncritical and disaster recovery use cases, especially when hardware is particularly expensive, or you are purchasing models or configurations similar to ones you already own. Depending on the age and complexity of the equipment, savings can be 50% to 70% off the discounted price of new hardware. » 1

Une réévaluation du cycle de vie informatique permet également de réduire considérablement les coûts. Spiceworks indique que, pour 60% des petites et moyennes entreprises, la principale motivation des nouveaux achats de matériel cette année, c’est qu’ils arrivent en fin de vie. Mais les dates de fin de vie spécifiées par les équipementiers peuvent être considérablement surestimées, car elles dépendent en fait de l’utilisation faite du matériel considéré. La durée de vie utile de certains types d’équipements, en particulier ceux qui sont stables et robustes, peut durer deux fois plus longtemps que ne le recommandent certains fabricants. Comme le précise Gartner, « Life cycles beyond five years are appropriate when hardware is relatively easy to self-maintain, or when older hardware can be repurposed for use cases with less strict SLAs. » 2

Bien que les équipementiers cessent de prendre en charge les équipements après la fin de leur cycle de vie, les fournisseurs de tierce maintenance peuvent continuer à assurer leur maintenance pendant de nombreuses années. L’emploi de la tierce maintenance peut conférer plus de liberté à votre stratégie informatique globale et beaucoup plus de flexibilité à votre budget. Comme le rapporte Gartner, « TPM contracts offer customers an average of 60% savings off of OEM support price lists. I&O leaders who restrict themselves to vendor-supplied maintenance may be missing an opportunity for significant warranty and postwarranty support cost savings. » 3

Compte tenu des économies substantielles réalisées grâce à la mise en œuvre de la tierce maintenance et à l’utilisation de matériel d’occasion, les perspectives pour 2019 semblent bien plus prometteuses. Si vous êtes en mesure de réduire de moitié vos dépenses en matériel, cela laisse une marge de manœuvre suffisante pour répondre aux autres priorités informatiques, voire pour investir dans l’innovation. En 2019, votre budget peut tout faire !

1 Gartner, 10 Ways to Reduce the Cost of Acquiring Servers, Daniel Bowers, 27 October 2017.
2 Gartner, 10 Ways to Reduce the Cost of Acquiring Servers, Daniel Bowers, 27 October 2017
3 Gartner, 10 Ways to Reduce the Cost of Acquiring Servers, Daniel Bowers, 27 October 2017

Twitter Facebook LinkedIn
2810 Coliseum Centre Drive Suite 600 28217 Charlotte, NC
+1(704)921-1620 usasales@curvature.com