Curvature utilise les cookies pour améliorer votre expérience d’utilisateur. En continuant d’utiliser notre site vous nous donnez la permission d’utiliser des cookies.

Chatter en direct

Email

Appeler

Demander un devis

Comprendre le cycle de vie informatique : Comment économiser de l'argent et réduire les déchets

Category: Blog

C’est un cycle que vous connaissez tous trop bien : vous dépensez beaucoup d’argent sur un appareil électronique ; quelques années s’écoulent pendant lesquelles votre appareil fonctionne sans problème ; puis la période de garantie prend fin et, tout à coup, votre appareil cesse de fonctionner ! Vous découvrez alors que réparer l’appareil après l’expiration de la période de garantie coûterait plus cher que de le remplacer. Et même si vous aviez la sagesse de le réparer vous-même, les pièces de rechange sont impossibles à obtenir. Ne disposant d’aucune alternative, vous finissez par jeter le périphérique cassé et en acheter un nouveau.

N’avez-vous pas l’impression que cela vous arrive de plus en plus souvent ? Votre impression est justifié : la BBC rapporte qu’entre 2004 et 2012, la proportion de gros appareils ménagers arrivés en fin de vie dans les cinq ans est passée de 3,5% à 8,3%.

Cette tendance n’est pas seulement irritante d’un point de vue financier : le résultat sur l’environnement est encore plus préjudiciable. Partout dans le monde, les produits électroniques mis au rebut remplissent les décharges. L’Université des Nations Unies et l’Union internationale des télécommunications ont signalé que plus de 44,7 millions de tonnes métriques de déchets électroniques avaient été générées dans le monde en 2016 et que ce nombre dépasserait sans doute les 50 millions de tonnes dès l’année prochaine. En outre, à mesure que les fabricants augmentent leurs rendements pour produire des biens de remplacement, les usines rejettent une quantité sans cesse croissante de gaz à effet de serre dans l’environnement. Alors que les effets du changement climatique se manifestent à travers le monde, il est devenu évident que le cycle de fabrication de l’électronique n’est plus durable.

En réaction aux frustrations des consommateurs et aux conséquences environnementales pressantes, les législateurs européens et américains ont commencé à plaider en faveur de lois sur le « droit de réparer », qui obligeraient les fabricants à créer des produits plus durables et plus faciles à réparer. Ces lois diminueraient aussi le contrôle des équipementiers sur le processus de réparation et leur monopole sur les pièces de rechange.

Pour le moment, ces propositions de lois font principalement référence aux appareils électroménagers et électroniques. Et si le droit de réparer les biens de consommation pourrait contribuer à réduire considérablement les déchets électroniques au niveau mondial, il convient aussi de tenir compte de ce qui se passe au niveau de l’entreprise.

Les constructeurs informatiques déclarent généralement les équipements obsolètes au bout de trois à cinq ans, ce qui impose un cycle de mise à niveau régulier. Terrifiées par la menace d’indisponibilité du réseau et de perte de données, qui peuvent se traduire par des pertes considérables de chiffre d’affaires, les entreprises du monde entier se croient tenues de respecter les cycles de vie définis par les constructeurs. En conséquence, des quantités énormes d’équipements informatiques coûteux de qualité professionnelle sont constamment mises au rebut, ce qui aggrave le problème mondial des déchets électroniques et coûte aux entreprises des sommes considérables.

Les législateurs n’ont pas encore envisagé de traiter du droit de réparer au niveau de l’entreprise. Mais les entreprises disposent déjà de plus d’options qu’elles ne le pensent en matière de prise en charge de leurs équipements informatiques. Même si les équipementiers cessent de réparer l’équipement qu’ils fabriquent lorsqu’il a atteint la date de fin de vie prévue, les fournisseurs de tierce maintenance peuvent continuer à prendre en charge l’équipement longtemps après. Cela permet de prolonger le cycle de vie de certains actifs informatiques bien au-delà de ceux déterminés par le constructeur.

Si l’idée d’abandonner les contrats de maintenance OEM semble décourageante, une aide est disponible pour faciliter la transition. Les fournisseurs de tierce maintenance les plus compétents peuvent aider à identifier le matériel pouvant être utilisé en toute sécurité au-delà de sa date de fin de vie en fournissant une analyse complète des actifs matériels et en détectant les risques potentiels.

Que vous soyez plus préoccupé par l’environnement ou par votre budget, les avantages de la mise en œuvre de la tierce maintenance sont évidents. Des cycles de vie informatiques plus longs signifient moins de déchets électroniques et moins de gaz à effet de serre liés à la fabrication. D’un point de vue commercial, les entreprises peuvent économiser jusqu’à 50% sur les contrats de maintenance informatique tout en bénéficiant d’une flexibilité accrue dans leurs stratégies informatiques. De plus, selon des groupes de défense de l’industrie comme Free ICT Europe, l’existence d’un marché informatique secondaire stimule l’innovation et la croissance économique. Pour lui, si nous permettons aux équipementiers de contrôler la maintenance, « l’Europe sera caractérisée par un environnement informatique dépourvu d’innovation et de concurrence effective qui exclut les entreprises locales de la fourniture de services locaux. Cela aura des conséquences néfastes étendues et à long terme pour l’UE du point de vue économique, social et environnemental. »

Les lois concernant le droit de réparer en sont peut-être à leurs balbutiements, mais elles gagnent du terrain. Le marché des fournisseurs de tierce maintenance arrive à maturité et sa mise en œuvre est désormais considérée comme une stratégie informatique courante. Les utilisateurs de technologies, qu’il s’agisse des consommateurs ou des entreprises, ont manifesté le désir de se libérer des contraintes des fabricants et d’utiliser leurs appareils plus longtemps. Ce faisant, non seulement ils économiseront de l’argent, mais ils sauvegarderont aussi l’environnement. Un changement se profile à l’horizon qui commence à rendre l’avenir plus lumineux.

Twitter Facebook LinkedIn
2810 Coliseum Centre Drive Suite 600 28217 Charlotte, NC
+1(704)921-1620 usasales@curvature.com